J’ai lu «La tresse» de Laetitia Colombani

Lecture Avis La tresse- laetitia colombani

Résumé

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité. 

« Smita voudrait tant dire : réjouis-toi, tu n’auras pas ma vie, tu seras en bonne santé, tu ne tousseras pas comme moi, tu vivras mieux, et plus longtemps, tu seras respectée. Tu n’auras pas sur toi cette odeur infâme, ce parfum indélébile et maudit, tu seras digne. Personne ne te jettera des restes comme à un chien. Tu ne baisseras plus jamais la tête, ni les yeux. Smita aimerait tant lui dire tout ça. Mais elle ne sait pas comment s’exprimer, comment dire à sa fille ses espoirs, ses rêves un peu fous, ce papillon qui bat dans son ventre. Alors, elle se penche vers elle, et lui dit simplement : Va.  » – citation du livre « La Tresse »

Mon avis

« La Tresse » c’est l’histoire de 3 personnages. 3 femmes, 3 générations, 3 pays différents.

Condamnées à subir leurs destins, à se plier à ce que la société attendent d’elles, elles vont décider, un jour, de prendre leurs existences & celles de leurs proches en main.

C’est ainsi que Smita, l’indienne contrainte de nettoyer chaque jour les excréments des personnes plus aisées, va tenter de donner une autre vie à sa fille en l’éloignant de sa ville natale.

Giulia, l’italienne va devoir gérer et redresser l’entreprise familiale suite à l’accident de son père en envisageant des solutions inimaginables aux yeux de tous.

Sarah, la canadienne, ne jurant que par son travail va subir le sort que l’on réserve aux personnes malades au sein d’un cabinet d’avocats et apprendre à encaisser les différents coups de la vie.

Ces 3 femmes sont touchantes bien que le livre soit toutefois assez court. L’analyse de chacune aurait mérité vraiment plus de pages.

L’écriture est simple, mais l’ensemble est bien construit. Quant aux histoires, chacune va finir par s’entremêler les unes aux autres, elles sont originales fortes & riches de sens.

Ce livre est une belle représentation des femmes d’aujourd’hui : courageuses, solides et indépendantes qui se battent pour le respect qu’elles méritent.

« Sarah le sait maintenant : elle est stigmatisée. Dans cette société qui prône la jeunesse et la vitalité, elle comprend que les malades et les faibles n’ont pas leur place. Elle qui appartenait au monde des puissants est en train de basculer, de changer de camp. Quel recours contre cela ? 
Contre la maladie, elle sait comment lutter, elle a des armes, des traitements, des médecins à ses côtés. Mais contre l’exclusion, quels remèdes ?» – citation du livre « La Tresse»

Ma note

4/5

Et vous, avez-vous déjà lu « La tresse» de Laetitia Colombani? Qu’en avez-vous pensé ?

Dites-moi en commentaire ou par message ce que vous en avez pensé !

 A très vite, Pauline ♡

2 Replies to “J’ai lu «La tresse» de Laetitia Colombani”

  1. Coucou! Je note ce roman, j’ai recommencé à lire pendant les vacances avec grand plaisir.
    En ce moment, je lis 100 jours de bonheurs.
    Merci pour ton avis , Bisous des îles

    1. Ah je ne connais pas ‘100 jours de bonheur’ mais ce titre positif me fait de l’œil !
      Merci pour ton commentaire & bonne lecture à toi 😊

Laisser un commentaire